Petite discussion entre amis avec Marine de Papaï.fr

Temps de lecture : 10 minutes | Ecrit avec amour par : Jérémie

Si tu cherches un site de vente en ligne 0 déchet et Végan Papaï.fr est fait pour toi ! Jérémie te le prouve en interview avec Marine, la créatrice de ta prochaine boutique préférée.

Marine Papaï.fr

L’interview

Jérémie :
Est-ce que tu peux nous dire qui tu es en quelques mots ?

Marine :
Je m’appelle Marine, j’ai 27 ans et je suis la fondatrice de Papai.fr.

L’idée de créer le shop m’est venue avec l’envie de consommer intelligemment, de regarder les composant et la provenance mais sans perdre un temps monstre à lire des étiquettes de produits.

Site Papai
Site Papai

Jérémie :
Super, ça fait combien de temps que tu as créé ta boutique ?

Marine :
Le shop a été mis en ligne en décembre 2019 donc il y à un peu plus d’un an maintenant.

Jérémie :
Quelles ont été les difficultés majeures dans la création de ta boutique ?

Marine :
Je dirais de porter le projet toute seule. pour deux raisons :

Marine Papai

Quand j’ai crée le shop, l’entreprenariat c’était tout nouveau pour moi et il faut clairement avoir plusieurs casquettes (compta, achat, com…. ) c’était pas du tout évident d’avoir les connaissances nécessaire dans tous les domaines et de m’organiser pour trouver un rythme et ne pas me sentir débordée.

Au début je me sentais un peu seule à y croire, j’avais l’impression de passer un peu pour le cliché de la vegane hippie et utopiste. J’ai eue pas mal de personnes qui ne partageaient pas mon enthousiasme “ouais non ça ne va jamais marcher son truc”…

Mais ça m’a motivé à encore plus me dépasser ahaha

Jérémie :
Et pourtant on est nombreux et toute une communauté !

Est-ce que tu peux nous décrire en quoi consiste ta journée type ?

Marine :
Je commence ma journée en lisant un chapitre de mon livre actuel, ensuite je déjeune (souvent en répondant à mes mails et en m’occupant de toute la partie administrative).

Je fais des photos pour les réseaux (ça peux me prendre des heure ahaha) et je prépares mes commandes avant de les envoyer.

Le reste du temps j’avoue que je suis beaucoup (trop d’ailleurs) sur mon téléphone, mais c’est clairement sur les réseaux sociaux ou les site de crowdfunding que je trouve mon bonheur.

Jérémie :
Du coup quand tu te balades sur Instagram et sur Ulule qu’est-ce que tu cherches précisément quels sont tes critères de sélection ?

Charte Papaï.001 Copie
Charte Papaï

Marine :
J’essaye de trouver des entreprises qui partagent les même valeurs et la même démarche que moi. Je veux vraiment proposer plus que des produits sympa, c’est hyper important pour quoi que l’achat soit utile et ait du sens.

Jérémie :
J’ai vu aussi que tu mettais vraiment en valeur le made in France, est-ce que tu sens qu’il ya un bouillonnement de ce côté-là au niveau des nouvelles créations d’entreprises en ce moment ?

Marine :
J’ai l’impression que la tendance est vraiment forte, ça bouge et c’est ça qui est cool !

On l’a encore plus compris avec cette pandémie. J’essaie aussi de mettre en lumière tout une sélection d’entreprise local (made in provence) et c’est fou toutes ces personnes rempli de talent avec aussi la volonté de changer les choses qu’il y à près de chez moi.

Maintenant les gens font beaucoup plus attention, même dans mon entourage.

Je vois que par exemple mon Papa qui de base n’est pas du tout dans mon truc, il prend conscience maintenant des choses et il fait attention quand il consomme.

C’est super sympa que les gens changent de comportement !

Jérémie :
Et toi à titre personnel du coup, j’imagine que tu es vegan aussi ?

Marine :
Oui !

Jérémie :
Ça fait longtemps ?

Marine :
Ça doit faire 8 ans que je suis végétarienne et 4-5 ans que je suis végane.

Jérémie :
Et quelle a été ta motivation à devenir végane ?

Marine :
Ca a été vraiment un déclic avec mon copain, j’ai vu une vidéo de L214 qui passait aux infos et je me suis dis “plus jamais je mangerai de viande”.

Et après je me suis renseignée sur les sujets végétarien, je me suis dit mais c’est horrible ce qu’on leur fait aux animaux !
Et mon impact est tout petit en plus.

Mais au fur et à mesure j’ai appris pleins de choses et voilà je suis devenue végane.

Jérémie :
Qu’est-ce qui a été le plus difficile pour toi entre ces deux phases parce que passer d’omni à végétarienne ça n’est pas exactement la même chose que passer de végétarienne à végane…

Marine :
Je dirais qu’au début c’était un peu l’entourage le plus difficile, les deux premières semaines ils se sont dit “c’est une petite crise ça va passer” et au bout de quelques mois ils se sont dit “bon ok c’est comme ça”.

Mais c’était un peu compliqué, il y a eu beaucoup de débats au niveau de ma famille comme quoi je me mettais à part, ils ne comprenaient pas du tout la démarche et c’est ça qui a été aussi le plus compliqué.

Mais aussi ce qui n’a pas été simple c’était de trouver des produits végétariens / vegan, d’être toujours obligé de regarder toutes les étiquettes car on ne se rend pas compte qu’il y en a vraiment partout !

Maintenant les choses ont changé avec mon entourage, même si il y à encore deux trois petits débat de temps en temps. Je me suis mise à la cuisine et il n’y a rien à dire c’est le meilleur moyen de convaincre ahaha.

Même si je reste un peu l’originale de la famille maintenant on me demande des conseil pour cuisiner végétal et ça c’est vraiment cool !

Jérémie :
(Rires) Tu as fini par t’y faire et eux aussi ! Vous avez trouvé un terrain d’entente…

Marine :
Voilà notre terrain d’entente, j’arrive mieux à communiquer car au départ, ça doit être le cas de beaucoup de gens.

Mais au début on est tellement pris par le sujet et on trouve que c’est tellement horrible ce qui se passe, que du coup on a envie d’en parler tout de suite et on comprend pas pourquoi les autres ne réalisent pas !

Donc au début c’était des grands débats et je n’étais pas forcément toujours gentille car je n’arrivais pas à bien m’exprimer et pour moi ça a été le plus compliqué.

Jérémie :
Oui, de te détacher de l’envie de convaincre tout le monde et sauver le monde, de voir que face à toi chacun à sa propre perception des choses !

Il faut accepter que chacun ait sa propre opinion.

De toute façon sur le régime alimentaire, en France c’est assez compliqué d’imposer quoique ce soit aux gens, on ne peut pas…

Marine :
C’est totalement ça !

Jérémie :
Je comprends bien le problème ! Et du coup aujourd’hui les valeurs de Papaï, c’est le zéro déchet, le made in France, le véganisme donc plutôt attentif à la cause animale.

Est-ce que tu arrives sur ta boutique à trouver des produits qui réunissent ces trois composants assez facilement ou alors c’est un petit parcours du combattant ?

Marine :
C’est quand même un peu compliqué, je vous ai trouvé vous (Les Bio Frères) déjà en premiers (rires).

Mais oui c’est un peu le parcours du combattant car souvent si c’est 0 déchets, ce n’est pas forcément vegan et puis si c’est vegan ce n’est pas toujours made in france.

Pour rejoindre ces 3 critères c’est vrai qu’il faut quand même bien regarder. Au début j’avais beaucoup d’hésitation, j’avais un dilemme : “Est-ce que je propose des produits vegan de fournisseurs qui ne le sont pas forcement ?”

Après une longue réflexion j’ai quand même décidé de proposer les produits des fournisseurs qui n’étaient pas 100% vegan mais qui avaient envie d’oeuvrer pour la planète.

Jérémie :
Oui je comprends c’est un vrai dilemme !

Si un jour McDo se met à vraiment faire des hamburgers 100% vegan ça va être un dilemme pour beaucoup de gens !

Marine :
Oh oui ! (rires)

Jérémie :
Et le zéro déchets comment tu le gères vu que tu as une boutique en ligne ?

Je suis très curieux de ça car nous aussi on a notre boutique en ligne et on aimerait bien pouvoir réduire le maximum de déchets.
Comment tu t’y prends de ce côté-là ?

Marine :
Au début c’était vraiment un gros casse-têtes !

De A à Z j’essaye de prendre que des cartons recyclés, le petit mot dans le colis est en papier ensemencé, les particules de calage en maïs et les autocollants sont vegan (sans colle de poisson).

C’est compliqué surtout au début c’était vraiment galère mais j’essayais un maximum de tout regarder, ça me prend beaucoup de temps à faire une démarche mais au moins je sais que je la connais par cœur.

Par exemple, j’achète très peu de carton, je favorise la réutilisation des cartons reçu lors des livraison. Si vraiment je n’ai pas le choix, je choisi des cartons 100% recyclés et recyclables.

Pareil quand j’achète des produits que j’essaye de regarder que l’emballage soit recyclé et recyclable. C’est regarder, s’informer et vérifier tout le temps !

Jérémie :
Et du coup est-ce que tu peux nous livrer quels sont tes best-sellers sur ton site ? Ce qui fonctionne le mieux en ce moment ?

Marine :
J’ai deux best-sellers :

Pate A Tartiner Vegan
La pâte à tartiner « Objet fétiche »

La pâte à tartiner « Objet fétiche » avec 46% de noisettes faite artisanalement par Clémence et Simon, elle à un petit gout de praliné assez dingue.

Lessive D Hyeres
Lessive d’Hyeres

Et aussi la « lessive d’Hyères » , une lessive à la cendre de bois qui est faite dans ma ville. Est-ce que tu connais ?

Jérémie :
Non je ne connais pas ces deux là !

C’est ce que je voyais tout à l’heure, tu as plein de produits que je n’ai pas encore découverts et ça donne vraiment envie de les découvrir !
La pâte à tartiner c’est ton best-seller…

C’est sûr que c’est un des trucs quand tu sors du Nutella, tu redécouvre le goût des vraies pâtes à tartiner et tu n’as pas l’impression de manger de l’huile ! C’est génial !

Et du coup la lessive dont tu me parles fin dans la mouvance zéro déchet, il y a beaucoup de personnes qui font leur lessive eux même.
Rosalie, ma femme est devenue experte en la matière, qu’est-ce qu’elle propose de plus celle-ci du coup ?

Marine :
C’est une lessive 100% naturelle et artisanale fabriquée à Hyères par Vanessa & Vincent, c’est des personnes vraiment géniales qui ont à coeur de faire un truc cool pour a planète et leur lessive à tout bon !

Je l’ai essayé et en plus de sentir bon, elle fonctionne super bien !

En fait, j’ai voulu vendre cette lessive pour les personnes qui ne sont pas trop encore dans le truc de “je fais ma lessive” et après au bout d’un moment nous ça nous apparaît évident et c’est facile mais pour mettre un pied dedans c’est peut-être plus compliqué de se dire ouh la la je vais devoir faire ma lessive, faire mes cosmétiques ça va être une grosse prise de tête !

Jérémie :
Oui, c’est pas mal du tout ce qu’ils font ! Et pas besoin d’adoucissant, génial !

Parce que c’est sûr que quand tu passes au lessive un peu plus naturel et que tu retournes chez tes parents ou chez tes beaux -parents après quand tu rentres chez toi, ton linge sent trop fort pendant des mois c’est terrible (rires).

Et toi c’est quoi ton produit préféré sur ta boutique s’il ne devait en rester qu’un ?

Marine :
C’est compliqué (rires) mais vu que je suis vegan et que c’est important je dirais que c’est vos B12 parce que moi je n’arrive pas à avaler des cachets et ça a été une révolution pour moi d’avoir des compléments alimentaires à croquer.

Jérémie :
Ça fait plaisir ! Merci !

Marine :
Sincèrement avant c’était un calvaire tous les matins !

En plus avec les différents goûts c’est top ! Toutes mes copines sont d’accord avec moi.

Jérémie :
Et c’est laquelle ta préférée ?

Marine :
Moi c’est framboise !

Jérémie :
Ah toi tu est team framboise aussi, c’est celle qui est la plus populaire !

Tu as goûté la pomme ou pas encore ?

Marine :
Oui j’ai déjà goûté le goût pomme ! Sur mon site, celle qui part le mieux c’est Fruit de la passion.

Jérémie :
Ah oui ? C’est peut être parce que la couleur de la passion est coordonnée avec les couleurs de ton site, c’est psychologique.
A part ça, tu aurais quelques petits conseils pour les gens qui envisagent nos valeurs ?

Sur comment vérifier l’origine de leurs produits, des petites astuces de ce côté-là vu que tu es experte en la matière maintenant !

Marine :
Même si je suis devenu une pro pour lire les étiquettes super vite je dirais qu’il n’y a pas d’astuces à part quelques sites, moi c’est pour ça que j’ai voulu faire le site Papaï, là où l’on peut acheter les yeux fermés.

Car même si ça fait des années que je suis végane, je découvre tout le temps des nouvelles choses où l’on trouve des produits faits avec des animaux.

Jérémie :
Ce moment où tu ouvres les yeux sur ce qu’il y a dans les bonbons en gélatine un grand classique. (rires)

Marine :
Voilà (rires)

Jérémie :
Mise à part lire les étiquettes, juste ton conseil si je résume c’est aller sur Papai pour acheté les yeux fermés en gros (rires)

Marine :
Oui c’est ça (rires)

Jérémie :
Pour les débutants vegan et végétarien, est ce que tu aurais 2-3 idées de petits plats rapides et simples à faire mais qui font du bien ?
Est-ce que tu as ça en magasin ?

Marine :
La cuisine ça parait hyper compliqué au début, je me rappelle la première fois que j’ai ramené des gâteaux chez des potes, ils étaient hyper dur et personne n’en voulais. Mais il faut s’y mettre petit à petit et ça vient tout seul.

Je pense que pour commencer, il ne faut pas vouloir absolument retrouver le goût du plat de base mais essayer autre chose.

Il ne faut pas chercher trop compliqué car souvent quand on dit “vegan”, les gens dans leurs têtes ils se disent “en hala tofu compliqué” “comment on va faire” “c’est pas bon”…

Alors qu’en fait il y a des basiques que l’on mange depuis toujours sans se rendre compte qu’ils sont vegan.

Jérémie :
Alors c’est quoi t’es basiques à toi ?

Marine :
Je dirais le curry de lentilles corail au lait de coco, ça fait des années qu’on en mange et on ne s’est même pas rendu compte que ça l’était.

Jérémie :
Oh super, si tu as la recette je l’ajouterai en bas de l’article !

Marine :
(rires) je l’enverrai alors.

Moi je resterai sur les basiques parce que quand je cuisine c’est vraiment pas compliqué, je fais du tofu en sauce avec du riz ou des choses comme ça.

Je ne suis pas une pro encore (rires)

Jérémie :
Non mais justement on est pas tous des pros et c’est pour ça que c’est sympa de prendre des idées à droite à gauche, parce que certains passent des heures à cuisiner, d’autres achètent de la malbouffe vegan parce que oui maintenant ça existe.

Et voilà chacun gère comme il veut, l’idée c’est d’essayer de trouver des manières de pas trop se compliquer la vie et que ce ne soit pas un calvaire à gérer.

Merci pour toutes ce bonnes infos et bonne journée !

Marine :
Merci pour l’invitation, bonne journée !

Recette curry de lentilles corail et lait de coco :

Ingrédients :

  • 2 oignons jaunes
  • 1 c.à.s d’huile végétale (j’aime bien l’huile d’arachide pour cette recette)
  • 1 c.à.s de curry en poudre
  • 50 cl d’eau
  • 250g de lentilles corail
  • 10 cl de lait de coco
  • 2 c.à.s de beurre de cacahuète
  • sel et poivre

Etapes :

  1. Eplucher et émincer les oignons et les faire revenir dans l’huile avec le curry.
  2. Une fois qu’ils sont translucide, ajouter les lentilles avec 50cl d’eau, saler et poivrer.
  3. Laisser mijoter à couvert et sur feu doux jusqu’a ce que les lentilles soient cuites puis ajouter le lait de coco.
  4. Laisser cuire à feu vif pendant 5 minutes
  5. Ajouter le beurre de cacahuète laisser cuire encore quelques minutes puis server (avec du riz c’est un régal !)

Illustration de Marine faite avec amour par Rosalie Delabre

Cet article a été écrit avec amour par : Jérémie

Directeur artistique, spécialiste webmarketing et photographe indépendant depuis 14 ans. Il s’occupe de l’image de la marque et du développement du site internet. Il gère avec passion les réseaux sociaux et la rédaction des articles de blog sur le végétarisme et véganisme.